Les bâtiments conventuels

Au Xe siècle une communauté de moines bénédictins était installée à Sorde, sur les ruines d’une villa gallo-romaine (IVe et Ve siècles), comme en atteste un acte de donation de Guillaume Sanche, duc de Gascogne datant de l'an 975. En 1060, une guerre opposant les vicomtes de Dax et du Béarn, détériore l’abbaye. Grégoire de Montaner, un célèbre abbé et ses successeurs vont alors la reconstruire. Mais en 1569, les Guerres de religion éclatent et l’abbaye est de nouveau ravagée lors d'un incendie qui dura plus de quinze jours.

En 1663, une congrégation de moines mauristes, réformateurs de l'ordre bénédictin, s'installa dans l'abbaye et entreprit sa reconstruction. Les travaux commencés à la fin du XVIIe  se terminèrent au début du XVIIIe . Les derniers moines furent chassés en 1791 suite à un texte révolutionnaire. De la Révolution française en 1789, des troupes napoléoniennes en 1814, sans oublier des villageois qui s'en servirent de carrière pour construire ou réparer leurs maisons, résultent les ruines actuelles.

En 1822, les bâtiments conventuels ont  été acheté aux enchères par des particuliers. Leurs successeurs le léguèrent en 1980 aux moines bénédictins de Notre Dame-de-Belloc établis à Urt. Ces derniers en firent don à la commune de Sorde-l’Abbaye en 1996.

Les bâtiments conventuels accueillent des visiteurs depuis 1999.

L’Église abbatiale

L'abbatiale Saint Jean-Baptiste de Sorde est une magnifique église du Xe siècle en forme de croix latine.

Elle servait de lieu de culte pour les moines installés dans le monastère juxtaposé. Aujourd'hui, elle est devenue paroissiale.

Sa particularité architecturale réside dans le fait qu'elle a conservé des vestiges de toutes les périodes de son histoire. Elle conjugue à la fois un style roman d'origine et un style gothique avec des éléments du XVIIe et du XIXe siècle. Ceci est dû aux nombreuses restaurations et transformations que l'abbaye a dû subir au fil des siècles.

La villa des abbés

Le logis abbatial résulte de l'intégration d'une succession de vestiges à chaque étape de son évolution. Il fut construit en partie sur les vestiges d'une villa antique. Un premier bâtiment datant des XIIIe - XIVe siècle devait servir de dépendance au monastère. L'état actuel correspond à une seconde phase de construction datant du XVe - début XVIe siècle, suivie de remaniements au XIXe siècle. La villa antique dont l’état le mieux connu est celui du IVe siècle,  conserve un ensemble thermal privé (balneum) visible au rez-de-chaussée du logis abbatial.

La villa des abbés n'est pas ouverte au public.

Reportage Midi en France : le monastère de Sorde, un patrimoine sauvé