Depuis 1998, l'abbaye Saint-Jean de Sorde est inscrite sur la Liste du patrimoine mondial par l'Unesco au titre des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France.

Elle partage cette reconnaissance internationale avec trois autres sites du département :

le clocher-porche de l'ancienne église de Mimizan,

l'abbaye de Saint-Sever et

l'église Sainte-Quitterie à Aire-sur-Adour.

Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France : un bien culturel en série - une valeur universelle exceptionnelle

71 monuments ainsi que 7 portions de chemins sont inscrits depuis 1998 sur la liste du patrimoine mondial par l'Unesco sous le titre officiel de "Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France" (liste 836). Ils constituent un bien culturel en série. À la différence d'un monument isolé ou d'un centre urbain, les "Chemins" sont inscrits sous la forme d'une collection d'éléments discontinus, considérés par l'Unesco comme un bien unique, et répartis dans 10 régions.

Chacune des 78 composantes contribue à la valeur de l'ensemble du bien en lui apportant une part de signification. Seul cet ensemble, en tant que tel, justifie une inscription sur la Liste du patrimoine mondial.

 

L'UNESCO justifie ainsi l'inscription de ce bien culturel :

Tout au long du Moyen Âge, Saint-Jacques-de-Compostelle fut la plus importante de toutes les destinations pour d'innombrables pèlerins venant de toute l'Europe. Pour atteindre l'Espagne, les pèlerins devaient traverser la France, et les monuments historiques notables qui constituent l'inscription sur la Liste 836 du patrimoine mondial étaient des jalons sur les quatre routes qu'ils empruntaient.

Critères d'inscription :

  • La route de pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle a joué un rôle essentiel dans les échanges et le développement religieux et culturel au cours du Bas Moyen Âge, comme l'illustrent admirablement les monuments soigneusement sélectionnés sur les chemins suivis par les pèlerins en France.
  • Les besoins spirituels et physiques des pèlerins se rendant à Saint-jacques-de-Compostelle furent satisfaits grâce à la création d'un certain nombre d'édifices spécialisés, dont beaucoup furent créés ou ultérieurement développés sur les sections françaises.
  • La route de pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle est un témoignage exceptionnel du pouvoir et de l'influence de la foi chrétienne dans toutes les classes sociales et dans tous les pays d'Europe au Moyen Âge.

La Convention :

La Convention du patrimoine mondial est un traité international conclu en 1972 entre les États et l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, le science et la culture (Unesco). Ses objectifs sont d'assurer l'identification, la protection, la conservation, la mise en valeur et la transmission du patrimoine aux générations futures. Le patrimoine inscrit sur la Liste du patrimoine mondial représente une richesse inestimable et irremplaçable pour chaque nation, mais également pour l'Humanité toute entière. Sa préservation est un facteur important de maintien de la richesse et de la diversité des cultures humaines et de leur environnement. L'action en faveur du patrimoine s'inscrit dans la démarche de l'Unesco de promotion d'un esprit de paix par le dialogue entre les hommes, au-delà des différences. En 2019, la France comptait 43 sites culturels ou naturels parmi les 1121 biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial.

Un bien culturel - Une valeur universelle exceptionnelle :

Depuis 1987, les anciennes voies de pèlerinage vers Compostelle sont reconnues comme un itinéraire culturel par le Conseil de l'Europe. En 1998, l'Unesco a inscrit le bien culturel en série "Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France" sur la Liste du patrimoine mondial en raison de sa valeur universelle exceptionnelle. Ce bien (n°868 de la Liste) est constitué d'une sélection de 71 édifices et de 7 sections de sentier. Cette inscription ne concerne pas les itinéraires en tant que tels, mais est matérialisée par des églises de pèlerinage ou de simples sanctuaires, des hôpitaux, des ponts qui jalonnent les quatre voies.

De nos jours, les chemins vers Compostelle, ouverts comme sentiers de randonnée et parcourus par des milliers de cheminants de plus de 130 nationalités, sont devenus un héritage universel. Ils symbolisent la démarche des pèlerins durant plusieurs siècles. ce qui a été un phénomène religieux fondé sur l'expression du christianisme trouve une résonance dans le monde contemporain : une itinérance culturelle et spirituelle.

L'Abbaye de Sorde est membre de l'ACIR Compostelle : www.chemins-compostelle.com

Pour en savoir +

 

Vers le haut